« Et vous dis encore que toute la ville est tracée au cordeau.. »

 

 

 

Le vieux Pékin: à la croisée des chemins

 

 

A l’intérieur de la muraille, flanquée de 16 portes (Men), s’étend le « vieux Pékin ». Entre les grandes artères qui se coupent à angle droit se trouvent des îlots aux ruelles tortueuses: les hutongs. Largement prisés par les touristes aujourd’hui, ces vieux quartiers sont depuis une vingtaine d’année la proie des destructions ou des opérations de rénovation, parfois très loin des matériaux d’origine. La ville de Pékin s’est saisie de la question et a délimité des secteurs patrimoniaux à préserver. Comme dans toutes les grandes métropoles, ces centres rénovés, souvent pourvus de quartiers « banchés » ont vu leur prix au mètre carré  s’envoler. Les vieux quartiers relookés attirent aujourd’hui une nouvelle population aux revenus élevés qui vient peu à peu remplacer une population qui était là depuis des années. A Pékin aussi, la gentrification du centre-ville est devenue une réalité.

 

 

 

Marco polo à Pékin     

 

« Or vous ai devisé des Palais du grand Khan et de son fils. Or vous conterai de l’état de la grande ville de Catai nommée Cambaluc où sont ces palais, et vous dirai pourquoi fut faite et comment. (…) Elle a vingt-quatre milles de tour, donc chaque face a six milles, car elle est exactement carrée, et il n’y a pas plus d’un côté que de l’autre. Elle est murée de murs de terre qui ont environ dix pas d’épaisseur dans le bas, et plus de vingt du haut. Ils sont entièrement crénelés et blancs. Il y a douze portes, et sur chaque porte il y a un très grand et beau palais (…). Et vous dis encore que toute la ville est tracée au cordeau: les rues principales sont droites comme un I d’un bout à l’autre de la ville, et si grandes et si larges que celui monte sur le mur à une porte, il voit à l’autre bout de la porte de l’autre côté, et elles sont ainsi faites que chaque porte se voit de l’autre. Partout, le long des principales rues, il y a échoppes et étalages de toute nature, maints beaux palais et belles auberges, et maintes belles maisons. Tous les terrains où ils sont bâtis sont carrés et tracés au cordeau dans toute la ville, et sur chaque terrain sont de spacieux palais avec cours et jardins. »

 

 

Le Devisement du monde, Le Livre des Merveilles I, écrit en 1298

 

 

 

 

 

Photo: Pauline Leprevost
Photo: Pauline Leprevost
Photo: Christophe Gourguechon
Photo: Christophe Gourguechon
Photo: Léa Hardy
Photo: Léa Hardy

Photo: Marie-Morgane Paillet
Photo: Marie-Morgane Paillet
Photo: Léa Hardy
Photo: Léa Hardy
Photo: Marie-Morgane Paillet
Photo: Marie-Morgane Paillet